Lorsqu’on a peur de l’avion, forcément on est assez sensible aux accidents et à leur traitement dans les médias. Le rôle de ces derniers n’est pas anodin. Si nous prenons le cas malheureusement récent de l’accident de l’avion de Germanwings, en 2 jours les journalistes révélaient des informations importantes voir secrètes

IAirliner-aircraft-fuselage514l n’y à plus de limites aux informations, puisque certains médias dévoilent même des procédures qui normalement ne doivent pas sortir des équipages

-Tout le monde sait maintenant qu’une hache est à bord

-Tout le monde connait maintenant les procédures d’accès au poste de pilotage et comment verrouiller une porte de l’intérieur 

 

Mais n’en font-ils pas trop ? Montrer des maisons où habitent des familles dévastées par le chagrin, montrer des images en boucle et répéter sans cesse la même chose ? Créer des entêtes spéciales, tout cela renforce une image grave alors qu’en y regardant de plus près les informations tournent en boucle, sont répétées, amplifiées et parfois même pire : donnent des réponses avec pour seules bases des spéculations.

Une enquête dure des années et des années et ne se résout pas en 3 jours. Parle t’on encore de la même manière avec des bandeaux racoleurs une fois qu’un autre événement fera la une ?

Les médias créent des informations où il n’y en a peut être pas et donnent des conclusions pas toujours basées sur les faits.

Regardez ce communiqué du BEA Bureau Enquête et Analyse français suite à l’accident de l’avion Air Algérie:

« des tentatives d’explication du déroulement de l’accident circulent actuellement dans les medias et il est parfois suggéré que ces explications résulteraient des paramètres de vol issus du Flight Data Recorder récemment lu dans les locaux du BEA. Le BEA alerte les journalistes sur le fait que ces tentatives d’explication ne s’appuient nullement sur ces enregistrements. En effet, leur exploitation est toujours en cours et aucune information sur leur contenu n’a été communiquée ».
France 3 citait en effet des experts ayant « analysé les données de l’altimètre après avoir commencé à examiner la première boîte noire de l’appareil »

Ces mêmes journalistes qui se disent experts, confondent les avions :

Voici une image de la chaine de télé Fox Télévision où on explique au téléspectateur ce qu’est un Airbus 320

kRR4acu

Aucun avion présent sur la photo n’en est un. Pire vous avez même 2 avions Boeing sur la photo. Comment voulez – vous que les journalistes soit-disant « expert » soient pris au sérieux alors qu’ils ne savent même pas faire la différence entre un avion Airbus et un avion Boeing ?

Il est important lorsqu’un accident se produit de faire preuve de retenue et laisser le temps aux enquêteurs de faire leurs enquêtes. Malheureusement notre monde nous demande des réponses, vite parfois trop vite et il n’y a plus aucune limite.

Les médias donnent des noms des précisions alors que tout cela devrait rester au secret de l’enquête.  Il y a des limites à l’information. Se limiter aux faits.

En conclusion, il faut savoir rester logique et pragmatique, ne pas se laisser sur-informer par des personnes qui ne sont pas des professionnels du métier.

(Vous remarquerez d’ailleurs que lors d’une interview d’un Pilote, ceux – ci ne prennent pas de risque en supputation, c’est toujours les journalistes qui axent les questions et poussent à avoir des réponses)

Il faut laisser le temps aux enquêteurs de n’oublier aucune piste.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.Required fields are marked *